Rendez-vous du Développement Durable n°6


27 juin 2009

PESTICIDES

Titre : «Jardins et vergers écologiques» ou comment cultiver sans pesticide ?

Intervenants : Thomas COUTAL, Conseiller technique de FREDON Lorraine.

Résumé

Le 6° Rendez-Vous du Développement Durable a rassemblé entre 35 et 40 personnes et a permis de diffuser des conseils pour éviter l’usage des produits phytosanitaires chez les particuliers.
Le débat a permis d’évoquer plusieurs questions :
  • Qu’est ce qu’un pesticide Comment connaître leur niveau de dangerosité ?
  • Quels sont leurs modes d’action ?
  • Pourquoi sont-ils dangereux ?
  • Et surtout :
    • Quelles sont les techniques alternatives ?
    • Comment jardiner au naturel ?
    • Quelles sont les bonnes pratiques ?
A la suite de l’exposé, le groupe s’est rendu dans les jardins et vergers de la commune pour observer les bonnes pratiques déjà mises en œuvre et répondre aux questions des participants.


Généralités

  • La France est le 1er utilisateur européen de pesticides et le troisième mondial avec 76 000 Tonnes par an.
    • 50 % de jardiniers amateurs utilisent des pesticides.
    • 84 % des jardiniers n’ont pas le sentiment que leurs pratiques de jardinage peuvent nuire à l’environnement.
  • Les pesticides polluent l’eau (en surface et en nappes), ils polluent l’air (évaporation) et contaminent la chaîne alimentaire.
  • Attention les produits anti-limaces et anti-rongeurs contiennent des pesticides. Le hérisson qui consomme des limaces se trouve alors lui-même empoisonné.
  • Le glyphosate : Une molécule utilisée d’un célèbre herbicide. La molécule seule est inoffensive, par contre l’adjuvant dont la formule est gardée secrète rend le produit actif. Le produit de dégradation du glyphosate est plus toxique que le glyphosate seul.
 

Bonnes pratiques

  • Attention aux dosages des produits : Ils sont indiqués pour les pulvérisateurs, si vous appliquez le même dosage pour les arrosoirs, la dose risque d’être multipliée par 10.
  • Eviter les désherbants en pratiquant un binage régulier, mettre en place des paillages (ou écorces, …), désherber à eau bouillante lorque c'est possible.
  • Tolérer la présence de mauvaises herbes.
  • Favoriser la présence d’insectes auxiliaires :
    • Les coccinelles, les syrphes et les chrysopes mangent les pucerons et les acariens et sont utiles aux jardins. Faites un abri pour les coccinelles (www.patwo.com/insect/coccinel.htm)
    • Favoriser l’installation des oiseaux et des chauves souris. Installer des nichoirs avant le mois de mars, les oiseaux contrôlent les insectes xylophages et ravageurs des arbres fruitiers.
  • Favoriser la biodiversité
    • Développer des haies composites, en composants avec différentes variétés : Buis, laurier tin, noisetiers, lierre, etc.
    • Mélanger les fleurs et les légumes dans vos jardins
    • Développer le compagnonnage, c’est à dire associer de manière harmonieuse différentes espèces, par exemple l'oeillet d’inde et le datura stramonium éloignent ou tuent les doryphores.
  • Utiliser des pièges à insectes
    • Mettre en place des pièges à phéromones et chromatiques.
    • Attirer les pinces oreilles dans des pots de terre avec un paillage, les déplacer ensuite vers des endroits avec beaucoup de pucerons.
  • Jardiner au naturel.
    • Utiliser la prêle en décoction comme contre les champignons (fongicide) et comme stimulant.
    • Réaliser des purins d’ortie et de rhubarbe, les feuilles se révèlent efficaces contre les parasites du potager.

Pour aller plus loin