Rendez-vous du Développement Durable N°65

Mercredi 8 février à 18h heures Salle Polyvalente

 

 

NUISANCES LUMINEUSES ET QUALITE DE VIE

 

INTERVENANT

Avec Michel MATHIEU Délégué Lorraine de l'ANPCEN (l'Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne).
 

RESUME

"Nuisance Lumineuses et Qualité de Vie" était le thème présenté le 8 février par Michel MATHIEU, Délégué Lorraine de l' ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l'Environnement Nocturne) dans le cadre des Rendez-Vous du Développement Durable organisé par la Ville.
Devant une quarantaine de personnes de Houdemont ou de villes voisines, l'intervenant a présenté les thèmes suivants :

L'action de l'association a réussi à faire intégrer les enjeux des nuisances nocturnes dans les Plans Climat, dans la nouvelle loi dite "reconquête de la biodiversité". Protéger l'environnement nocturne est désormais inscrit comme un devoir pour tous.

Le diagnostic en matière d'éclairage urbain et d'enseignes lumineuses des villes et villages en France. En 20 ans, l'association constate :
  • Une augmentation de 64 % de points lumineux
  • Le doublement de la quantité de lumière émise

Les photos de l'Europe vu du ciel de 1992 et de 2012 montrent cette évolution de l'éclairage des villes.
Le schéma du Grand Est montre aussi l'uniformisation de l'éclairage du territoire. Seule la Meuse possède des lieux non pollués par l'éclairage (points noirs) qui permettent d'observer le ciel.

L'impact de l'absence de nuit pour la biodiversité. Une grande partie du monde animal se déplace la nuit ce qui diminue leur activité la reproduction, voire les détruit en cas d'épuisement. Le monde végétal, les arbres voient leur croissance modifiée et leur sensibilité aux maladies augmentée.

La réglementation pour les villes et les entreprise (La Grenelle du 12 juillet 2010 arrêtés du 1er juillet 2013).

  • L'éclairage des bureaux et locaux vides en soirée fait l'objet d'une réglementation de juillet 2013 qui demande leur extinction une heure après la fin de leur occupation
  • L'extinction à 1 heure du matin au plus tard des façades des bâtiments publics.


La technologie des LEDS très appréciée pour leur basse consommation électrique qui risque d'accroitre le flux de lumière dans nos villes. Les Leds de lumière blanche provoquent également un stress pour la rétine (causée par la lumière bleue) et un risque d'éblouissement lié à la forte intensité concentrée sur un point notamment pour les enfants.
La couleur de la Leds doit être en dessous de 3000 degrés Kelvin (ou 3000°K) selon l'ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail).
Cette recommandation s'applique pour le choix de luminaires achetés par les collectivités. Les lumières des lieux de  prestige étant souvent blanches et soutenues. Cette recommandation est applicable aussi aux ampoules achetées par les particuliers qui contiennent des indications du genre

  • Natural White : 4000 et 5000°K: Blanc métallique)
  • Warm White 2700°K et 3000°K
  • Hight Pressure 2200°K
  • Candle 1900°K (jaune sodium)


     

La participation des villes et Villages au concours VVE ou « Villes et Villages Etoilés »  qui rassemble fin 2016 déjà 570 communes labellisées sur 12000 qui réduisent l'intensité de leur éclairage nocturne.
Le concours a lieu tous les deux ans et s'appuie sur une Charte d'engagement.
 
M Moiny responsable EP de la Métropole du Grand Nancy a présenté les travaux réalisés en particulier en 2016 sur l'éclairage urbain. A présent les deux tiers (485 points lumineux sur 737) sont équipés d'un programmateur de réduction nocturne qui baisse de 30% l'intensité de 22 h à 6 h du matin. Les cartes de répartition des systèmes à LED sont affichées, il s'agit des rues de Nancy, du Poncel et du coeur du village.
 
Les questions avec la salle ont porté entre autres sur les thèmes suivants :

  • Sur la rentabilité des ampoules LED très chers et peu fiables, la durée d'utilisation indiquée n'étant pas obtenue.
  • L'impact sur la biodiversité avec les chauves-souris qui sont gênées par les points lumineux.
  • Les expérimentations possibles à Houdemont en termes de baisse de lumière après minuit : La suggestion serait de diminuer de 70 % les grands axes rue de Nancy et rue du Poncel pour qu'un plus grand nombre d'habitants voit la réalité de l'expérience et puissent juger de la gêne réelle d'un telle baisse (qui correspond à une pleine lune).