Robert Edel

Article paru dans le magazine Houdemont Information de décembre 2008

Robert Edel Maire honoraire


Robert Edel a été Maire de la commune de 1977 à 1983. Biographie d'un homme d'honneur qui a beaucoup voyagé.

 
Robert Edel est né à Nancy le 29 juin 1921, de parents alsaciens, repliés à Nancy pendant l'occupation allemande de l'Alsace. Le père est alors maître-confiseur chez LALONDE, le chocolatier réputé de la rue Saint-Dizier.

Après de brillantes études à l'Ecole Supérieure, puis à l'Ecole Normale de Nancy, l'invasion allemande de juin 1940, incite Robert à gagner la zone libre à bicyclette, via Lyon, Clermont Ferrand, Montauban et Carcassonne. L'exode le conduit à Toulon, dans une famille amie qui l'héberge quelque temps.

Suivent quelques stages d'instituteur dans différentes écoles du Var, avant l'incorporation dans les chantiers de jeunesse en février 1942. Robert y passe huit mois, d'abord à Gap puis à Nyons où il est libéré. Il rentre alors à Nancy et occupe pendant quelques mois, un poste d'instituteur à Laneuveville, Saint-Phlin et La Madeleine. Mais cet immobilisme ne lui convient pas pendant que le destin de la France est en jeu.

En juin 1943, il prend le train, direction l'Espagne, en vue de rejoindre les Forces Françaises Libres du Général De Gaulle en Angleterre. Arrêté dans le train à Dax par la gestapo, puis relâché à Bayonne, grâce à sa parfaite connaissance de la langue allemande, il peut alors, après quelques jours de repos à Tarbes, franchir les Pyrénées à pied, par le Col de La Peyre Saint Martin (2800 m). «Cueilli» par les gardes civils sur le versant espagnol, il passe alors plusieurs semaines à la prison
de Jaca, avant d'être transféré au camp de concentration de Miranda de Ebro où croupissent déjà 2800 jeunes évadés de France et où il faillit mourir d'une hémoptysie doublée d'une pleurésie en décembre 1943.

Evacué à l'hôpital militaire de Vittoria, il y est bien soigné et, rentré à Miranda, il peut bénéficier d'un convoi qui, de Malaga, le conduit par mer au Maroc, où il débarque enfin à Casablanca, le 1' janvier 1944.
Robert s'engage alors dans l'Armée de l'Air pour la durée de la guerre. Il choisit d'être envoyé à Marrakech, où il instruit les futurs navigateurs des équipages de bombardiers multimoteurs (C.I.D.E.M.) L'instruction se déroule concurremment avec des opérations de «Coastal Command» (repérage des sous-marins ennemis) en Atlantique, en liaison avec la base aéronavale américaine de Port-Lyautey, et à bord de chasseurs-bombardiers Boston DB7.

Breveté en octobre 1944, l'aspirant EDEL est alors dirigé sur Alger, en vue de l'embarquement pour l'Angleterre. A la fin de la guerre, Robert est alors affecté à la base école de chasse Christian Martell à Meknès, comme officier de renseignements et instructeur pour les jeunes pilotes arrivant de France et le sous-lieutenant EDEL y est démobilisé le 15 avril 1946.

Il prend alors une permission, pour aller épouser à Nancy, le 11 Janvier 1947, Lucienne GRISEZ qu'il ramène au Maroc et qui lui donne deux enfants, Martine et Michel, tous deux ingénieurs, la première dans l'aviation civile , le second, en informatique. Robert enseigne alors au Maroc comme professeur de mathématiques, jusqu'en 1961, date à laquelle le couple et ses deux enfants, rentre en France et s'installe à Houdemont.

En 1965, Robert devient adjoint au maire de Gaston Lelièvre, puis est élu maire en l'absence de celui-ci en 1977. Il prend sa retraite de professeur en 1978, pour mieux s'occuper de ses nouvelles fonctions.

Une Ville en plein essor

Durant son mandat, Robert Edel s'est occupé de dossiers majeurs. Il aura participé à la création de la Zone Industrielle en partenariat avec la ville de Heillecourt. Il se souvient avoir inauguré Cora, alors qu'il était conseiller municipal dans l'équipe de Gaston Lelièvre.
A cette époque, Houdemont se développe de façon considérable. Robert Edel a, entre autres, initié la création de réservoirs d'eau pour assurer une ressource supplémentaire à celle des sources. En effet, jusqu'en 1995, Houdemont gérait son propre réseau d'eau et d'assainissement et exploitait les ressources communales.
A la fin des années 70, on commençait à parler du district urbain. « Je me suis fortement opposé à ce projet, qui consistait à nous englober dans une agglomération. Je considérais que Houdemont était perdant. La lutte a été dure, mais j'ai résisté ». Robert Edel était un maire qui aimait communiquer et écrire. C'est lui qui a lancé le premier numéro du bulletin municipal que vous avez à présent entre vos mains. Au-delà des gros dossiers, Robert Edel et son épouse se souviennent de moments de convivialité et de fraternité avec ses confrères de la ville Belge de Houdemont.
Il quitte sa fonction de Maire en 1983, mais reste néanmoins au Conseil Municipal jusqu'en 1989.

Trésorier de l’ARPAH pendant 41 ans

Depuis cette date, Robert Edel participe activement à la vie associative de la commune, notamment à l'ARPA, dont il a été le trésorier de 1965 à 2006, ou comme membre du C.C.A.S.
Une chute malencontreuse en 2007, lui interdit désormais ses petites escapades journalières à vélo. Homme de caractère, se refusant à toute compromission, il essaie maintenant de conserver les forces qui lui restent en espérant qu'il aura bien servi les intérêts de la commune et préservé le bien-être des Houdemontais.